La situation politique au Conseil général du Val d’Oise fait jaser au-delà des frontières du département. Ce mardi, elle a même été l’objet d’une question au gouvernement du député UMP d’Argenteuil Georges Mothron. Dans sa réponse, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a rappelé « des principes simples : la volonté des électeurs doit être respectée et la règle de la majorité appliquée. »

 La décision du socialiste Didier Arnal de se maintenir au poste de président du Conseil général du Val d’Oise malgré une majorité de sièges à droite « bafoue la volonté populaire » selon Brice Hortefeux. Tout en concédant qu’il n’existait « aucun texte pour obliger le président à démissionner à l’issue d’une élection cantonale partielle », le ministre de l’Intérieur a tout de même qualifié la position de Didier Arnal de « minoritaire ». « Lorsque les urnes expriment une volonté de changement, est-il normal, légitime et raisonnable de n’en tenir compte ? » a demandé Brice Hortefeux à l’assistance.

Les élus du groupe "Union pour le val d’Oise" y voient un « soutien dans l’action qu’ils ont entreprise depuis plusieurs jours pour faire reconnaître leur majorité au sein de l’assemblée départementale et obtenir du président du Conseil général qu’il accepte de lui donner les moyens d’exercer le mandat donné par les urnes. »

A voir en vidéo la question du député UMP Georges Mothron et la réponse de Brice Hortefeux