"Je n’ai pas pour habitude de m’immiscer dans la gestion des collectivités territoriales, ce n’est évidemment pas de la compétence d’un parlementaire. Mais, le spectacle affligeant que nous offre aujourd’hui la gauche au sein du conseil général m’oblige à sortir de cette réserve républicaine, déclare le député UMP du Val-d’Oise.  Majoritaire hier avec un siège d’avance, monsieur Arnal a tout naturellement été élu président du Conseil général ; minoritaire aujourd’hui d’un siège, monsieur Arnal doit à l’évidence passer la main".

 
"Pour le respect tant des électeurs que celui de la démocratie, au nom des principes républicains si souvent mis en avant par les socialistes, Didier Arnal s’honorerait en démissionnant dans les plus brefs délais, déclare Claude Bodin

Aucune argutie ne saurait prévaloir sur la règle démocratique respectée par l’ensemble des élus de notre pays qui impose que l’exécutif d’une collectivité territoriale revient de droit au groupe majoritaire de son assemblée"