«La nomination de Sarkozy fils à la tête de l’EPAD est un pas de plus de notre République vers le Second Empire », dénonce le conseiller régional MRC Rachid Adda.

« La précipitation du gouvernement à vouloir fusionner par décret les établissements publics d’aménagement de La Défense (EPAD) et de Seine-Arche (EPASA) doit être observée au-delà de la volonté constamment affichée par le président de la République de phagocytage et de dépeçage de la Région Ile-de-France, réagit le conseiller régional et conseiller municipal de Sarcelles. En effet, l’annonce du changement de présidence au profit de Jean Sarkozy, ancien élève du cours Florent, qui a décidé de renoncer à sa carrière d’acteur pour celle d’homme politique doit nous questionner sur l’opportunisme de cette fusion à défaut d’opportunité dictée par l’intérêt général ».

« Au-delà d’une dérive personnelle "second empire" voire bananière de notre République, les républicains ne peuvent qu’y voir une atteinte au principe darwinien de l’évolution selon lequel « la fonction crée l’organe » au profit d’une vision créationniste où le Président serait à l’origine de tout. En effet comment ne pas avoir le sentiment qu’avec ce décret de fusion, le nouvel organe est envisagé pour créer et étoffer une nouvelle fonction ? … celle de Baron ou de Roitelet de la Défense ! »

Le MRC s’oppose « à ce cadeau de Noël, avant l’heure, du Président Sarkozy à son fils », il dénonce « le projet de fusion de l’EPAD et de l’EPASA et s’insurge contre l’éventuelle nomination de Jean Sarkozy à la tête de ce nouvel EPA »