La procureure de Pontoise, Marie-Thérèse de Givry, a requis un non-lieu dans l’affaire de la collision entre une voiture de police et une moto à Villiers-le-Bel en novembre 2007. Moushin et Larami, deux adolescents avaient alors trouvé la mort dans cet accident. Deux nuits d’émeutes avaient suivi. Dans les prochaines semaines, le juge d’instruction décidera s’il rend ou non une ordonnance de non-lieu.

 "Dans tous les cas, il est indispensable que la décision soit juste et surtout il est important qu’elle soit comprise par tous", déclare le maire de Villiers-le-Bel qui, "pour éviter les polémiques et lever tout doute dans les esprits de chacun", demande "une audience publique". Et Didier Vaillant d’expliquer : "Je pense que les décisions, quelles qu’elles soient, seraient mieux comprises".
Et l’élu de se prononcer en faveur d’un procès qui "
permet aux différentes parties d’échanger, d’expliquer, de comprendre les faits"

"Le compte-rendu d’un procès peut-être communiqué à tout citoyen, il permet de lever les interrogations des uns et des autres, estime le maire de Villiers-le-Bel. Le 25 novembre 2007, Mohsin et Lakamy sont décédés des suites de l’accident. Les jours qui ont suivi ont été le théâtre de violences et de dégradations : policiers blessés, bâtiments incendiés, …Des procès sont en cours. Aujourd’hui Villiers-le-bel a pansé ses plaies, mais personne n’a oublié ces terribles journées de fin novembre 2007. Il est essentiel pour notre ville et pour ses habitants de connaître la vérité, de connaître les circonstances qui ont conduit à ces évènements.
 

Pour l’image de notre ville, pour l’avenir de nos jeunes, pour la quiétude de Beauvillésois j’appelle chacune et chacun à la sérénité et à la responsabilité", conclut Didier Vaillant.