Après une décision du Conseil d’Etat, Alexandre Simonnot doit quitter le conseil municipal de Taverny et est déclaré inéligible pendant un an indique La Gazette du Val d’Oise. Il devrait être remplacé à son poste par son père, Michel Simonnot, lui-même ancien conseiller municipal FN sous le précédent mandat de Maurice Boscavert.

 La décision du Conseil d’Etat remonte au mois d’avril dernier et pourtant elle n’avait toujours pas été appliquée. La préfecture du Val d’Oise n’avait pas encore donné le feu vert au maire de Taverny. Désormais Alexandre Simonnot ne siègera plus au conseil municipal. Confirmant une décision du tribunal administratif de Cergy en septembre 2008, le Conseil d’Etat a donc annulé son élection à ce poste en mars 2008. En cause, la désignation de Michel Simonnot comme mandataire financier du candidat FN à l’élection municipal alors qu’il faisait partie de la liste. Une violation du code électoral qui n’a pas échappé à la cour des comptes de campagne.

Un Simonnot peut en cacher un autre

Proclamée élus au conseil municipal, Laure Mercier, deuxième sur la liste FN en mars 2008 et compagne d’Alexandre Simonnot, a refusé le poste. La municipalité a donc demandé au troisième de la liste du Front National, Michel Simonnot d’accepter d’être conseiller municipal. Déjà à ce poste lors du précédent mandat de Maurice Boscavert, ce dernier aurait accepté selon La Gazette du Val d’Oise.

Alexandre Simonnot reste en course pour les régionales

Cette inéligibilité d’un an ne portera pas préjudice à l’élu frontiste. Elle ne concerne que le mandat de conseiller municipal. Pour Alexandre Simonnot, fraîchement nommé responsable du Front National en Seine-Saint-Denis, ce jugement ne l’empêchera pas d’être tête de liste dans le 93 pour l’élection régionale de 2010.