Ce mardi soir, Pontoise-Cergy reçoit la visite de son dauphin au classement de la Pro A, Levallois. L’occasion pour Adrien Mattenet, l’une des recrues de Pontoise-Cergy cette saison, de revenir sur le dernier match des Valdoisiens qui s’est soldé par une quatrième défaite en Ligue des Champions et d’évoquer l’affiche de cette 5e journée de championnat.

VOnews.fr : Adrien Mattenet, jeudi dernier, vous avez battu pour la première fois de votre jeune carrière un joueur du top 10 mondial. Retenez-vous cette performance ou la quatrième défaite de Pontoise-Cergy en Ligue des Champions ?
Adrien Mattenet :
Pour être franc, j’aurais préféré perdre mes deux matchs et que l’équipe gagne. Maintenant, je pense que cette victoire sur Michaël Maze va me permettre de franchir un cap moralement. J’ai souvent accroché des joueurs du top 10 mondial mais je n’en avais jamais battu. Désormais, je sais que je peux les battre.

VOnews.fr : Ton début de saison a été gâché par une fracture de fatigue au pied. Cette blessure n’a-t-elle pas été bénéfique pour toi au final ?
Adrien Mattenet :
C’était la première grosse blessure de ma carrière donc c’était une « découverte ». Même si je n’ai pas vécu des moments très agréables, je me demande si cela ne m’a pas permis de me reposer. Actuellement, je joue que sur mes acquis de jeu. Physiquement, je suis encore loin de mon meilleur niveau. Je n’ai pas encore recommencé le travail intermittent et mon travail sur les appuis est encore largement perfectible. Mes récents résultats me rendent donc optimistes pour la suite.

VOnews.fr : Ce mardi soir, le championnat de Pro A reprend. Pontoise-Cergy, actuellement leader, accueille Levallois, son dauphin. Une rencontre au sommet où vous ne partez pas favoris ?
Adrien Mattenet :
Oui, effectivement. D’ailleurs, on signe tout de suite pour un match nul. Un tel résultat nous permettrait de garder l’écart de deux points qui nous sépare de Levallois. Mais si l’on est en mesure de gagner, on ne va pas se gêner. Face à leur leader chinois, qui est un ancien n°10 mondial, nous pourrons opposer l’homogénéité de notre équipe. C’est notre principale force.