Ils ne représentent qu’une partie des restaurants du département mais clament leur « ras-le-bol » face aux accusations faites aux restaurateurs de ne pas répercuter la baisse de la TVA accordée par le gouvernement. L’Association des Restaurateurs indépendants du Val d’Oise (ARIV) qui regroupe 22 établissements, publie les chiffres d’un sondage interne qui démontre leur bonne foi. L’association demande cependant du temps pour mettre en place toutes les mesures.

 « Ras le bol  d’accuser les restaurateurs de ne pas exécuter illico les mesures du plan Lagarde-Novelli ! » s’exclame Marie Claro, nouvelle Présidente de l’Association des Restaurateurs Indépendants du Val d’Oise et chef cuisinier de la Ferme d’Argenteuil. Alors qu’en contrepartie de la baisse de la TVA à 5.5%, le gouvernement souhaite que les restaurateurs répercutent intégralement la différence de taux soit par une baisse des prix, la création d’emplois ou encore modernisation du restaurant, les résultats d’un sondage lancé auprès des 22 restaurants adhérents de l’association montrent qu’il respecte le « contrat ».

« Laissez-nous souffler ! »

« Nous, les restaurateurs, ne sommes pas du tout de mauvais élèves, estime Marie Claro. L’ARIV démontre que les mesures du Gouvernement sont prises en compte à notre échelle. Laissez-nous souffler ! Cinq mois c’est trop court pour tirer des conclusions. Nous aussi nous subissons la crise. L’ARIV estime que la baisse de la TVA est une excellente initiative et s’en réjouit, les contreparties demandées sont de nature à inverser la tendance actuelle, c’est très positif pour l’avenir, il suffit de nous laisser un peu de temps pour la relance ! »

8 emplois créés et 20 apprentis engagés

La baisse du taux de TVA n’a porté que sur l’alimentaire, non les boissons et pourtant 88 % des restaurateurs interrogés indiquent qu’ils ont baissé leurs prix principalement sur les liquides « soft » et le café. 47 % d’entre eux ont créé des postes d’employés soit 8 emplois, 59 % des postes d’apprentis, soit 20 apprentis embauchés et enfin 70% ont ou vont réaliser des investissements pour un montant global estimé à 160 000 €. « Le tout en proposant des produits de qualité à leurs clients » précise Marie Claro.

Les 22 restaurants sondés :
Auberge Ravoux, L’Hostellerie du Nord, Le Cabouillet, l’Auberge les Coteaux, Ambiance et Réceptions, Aux Petits Oignons, La Ferme de Bouffémont, Verre chez moi, Le Jardin, Le Golf, La bonne auberge, Au pavé de la roche, Maison Cagna, Sous le porche, Pitch and Putt, La ferme d’Argenteuil, Ici et Ailleurs, Le Carletto, L’auberge de la gare, Saveurs et Passions, A Marie Feuchère et L’Auberge du Cheval Blanc.