C’est une fausse bonne nouvelle de la direction. Dans un communiqué, elle annonçait la baisse du nombre de postes supprimés à 459 au lieu des 540 prévus initialement. « Cette réduction importante prend en compte les départs naturels qui se sont effectués depuis l’annonce du plan social ainsi que les cessions de certains sites à d’autres entreprises » précise Daniel Fallot, délégué du personnel. Pour le site de Saint-Ouen-l’Aumône, le plus touché en France, cela se traduit seulement par deux postes gagnés…

 A l’origine du plan social dévoilé par ABB France, 306 postes étaient supprimés sur le seul site de Saint-Ouen-l’Aumône. Aujourd’hui, ce nombre est descendu à 265, « du fait des départs naturels depuis l’annonce du PSE et des employés qui ont trouvé un emploi ailleurs » explique Daniel Fallot. En fait, les dernières négociations avec la direction a permis aux syndicats de préserver deux postes dans le Val d’Oise. « Autant dire sur cela ne change rien du tout » regrette le délégué du personnel.