En visite sur le canton de Sannois, le président socialiste du Conseil général a eu la désagréable « surprise » de voir les grilles du chantier de la maison de l’enfance fermée pour sa venue. Une nouvelle polémique entre Didier Arnal et un maire UMP du département, après la double inauguration des passages souterrains de Franconville à une semaine d’intervalle. Si la mairie de Sannois assure avoir prévenu les services du président dans un courrier, Didier Arnal monte au créneau et menace de ne pas verser la subvention de 871 000€ accordée à ce projet.

 « C’est invraisemblable. C’est un manque de courtoisie et d’éducation. » C’est ainsi que Didier Arnal qualifie l’attitude de la mairie de Sannois à son égard après une visite cantonale sur la ville qui a dû se dérouler sans le moindre élu municipal. « Je suis venu voir si les 871 000€ de subventions accordés à la construction d’une maison de la petite enfance sont bien utilisés mais je ne peux pas le vérifier » explique-t-il sous une pluie battante devant les grilles du chantier restées fermées. Pour le président du Conseil général, le responsable de cette situation n’est autre que le maire de Sannois, Yanick Paternotte, qui « refuse » cette visite.

Cette version est bien évidemment contestée par la mairie, preuves à l’appui. « Une demande de visite a bien été faite par M. Arnal mais il lui a été répondu qu’il n’était pas possible de visiter la Maison de l’Enfance ce jour et que la mairie définirait avec lui une autre date. Visiblement M. Arnal n’a pas tenu compte de cette réponse et a entrepris de lui-même de venir visiter malgré tout le chantier » précisent les services du maire. En effet dans courrier daté du 1er décembre, la municipalité indique au président du Conseil général les raisons de l’impossibilité de la visite : un chantier en cours et un agenda du maire plein.

« Je m’interroge si Sannois pourra continuer à bénéficier de subventions du Conseil général »

« J’ai informé la mairie de Sannois que je venais voir la bonne utilisation de 871 000€. Aujourd’hui je me demande si je vais les verser » poursuit Didier Arnal qui va même plus loin en s’interrogeant « si  Sannois pourra continuer à bénéficier de subventions du Conseil général. » Une menace qui ne manquera pas de faire réagir le député-maire de la commune.

« C’est un manque de courtoisie et d’éducation minimum de ne pas voir ce matin ou le maire ou un représentant de la municipalité pour accueillir le président du Conseil général. Ce n’est même pas le minimum de respect à l’égard des principes républicains. Quand on a ce genre de comportement ça mérite au moins qu’on ait avec ce maire une explication » poursuit le socialiste.

Quant à un éventuel problème de communication entre ses services et ceux de la mairie, le chef de l’exécutif départemental en veut pas y croire. « Nous sommes à la 15e ou 16e visite cantonale, je crois qu’on est maintenant rodé sur le savoir-faire et donc bien évidemment la mairie a été informée et invitée » indique-t-il. Et s’il « comprend que le maire, qui est un élu national fortement occupé, puisse ne pas être là », Didier Arnal le répète : « la moindre des choses c’est que la visite puisse se dérouler dans de bonnes conditions. » Une nouvelle situation tendue qui ne devrait pas arranger les relations entre Yanick Paternotte et le Conseil général, après notamment l’abandon du projet de la maison départementale de l’environnement à l’arrivée de la gauche aux commandes du département et la polémique autour de l’inauguration des passages souterrains de la gare de Sannois…

Adrien Hilpert