Normal.dotm
0
0
1
529
3018
cfpj
25
6
3706
12.0

0
false

21

18 pt
18 pt
0
0

false
false
false

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}


Normal.dotm
0
0
1
542
3093
cfpj
25
6
3798
12.0

0
false

21

18 pt
18 pt
0
0

false
false
false

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Mardi, le projet de loi sur le Grand Paris a été adopté à l’assemblée nationale. Les 8 députés UMP du Val d’Oise ont voté pour. Or, si le projet propose la création d’un métro automatique souterrain de 130km de long autour de Paris, le Val d’Oise fait office de laissé pour compte.

Le député maire PS de Sarcelles, n’a pas caché sa surprise à la sortie de l’hémicycle mardi après l’adoption du projet de loi sur le Grand Paris. François Pupponi s’est étonné que les députés UMP du Val d’Oise aient voté pour, alors que le département est le grand oublié de ce projet. Pour lui, « ils auraient pu s’abstenir ». L’élu PS s’inquiète de voir le Grand Paris « passer en force contre l’intérêt des territoires ». Il redoute que voient le jour des projets parallèles, sans concertation entre l’Etat et l’autorité organisatrice des transports publics d’Ile-de-France (le STIF). Le maire de Sarcelles affiche son pessimisme sur la suite des évènements, d’autant que son amendement, visant à ce que tous les départements d’Ile-de-France soient concernés par le projet du Grand Paris, a été rejeté.

Pour le député de la majorité, Axel Poniatowski, le Grand Paris est un superbe projet qu’il se devait de soutenir. « C’est la première fois en 35 ans que les pouvoirs publics se plongent dans le réaménagement des transports. Les derniers travaux datent des années 70 avec la création du RER » développe le député-maire UMP de l’Isle-Adam. Et si le département est le principal oublié du Grand Paris, la prochaine tête de liste de l’UMP aux élections régionales dans le Val d’Oise explique que les départements de la grande couronne sont forcément moins concernés que ceux de la petite. « Le projet actuel coûte 35 milliards d’euros. Pour l’étendre à la grande couronne, il faudrait 100 milliards d’euros. Or, l’investissement global ne peut pas être illimité ».

Axel Poniatowski rappelle que 4 milliards d’euros ont déjà été débloqués, grâce au plan de relance, pour remettre en état certaines lignes de RER, dont la A et la C. Enfin, le député de la 2e circonscription affirme que le projet n’est pas figé : « Christian Blanc (le secrétaire d’Etat au Développement de la région-capitale) n’est pas imperméable à la question d’une gare dans le triangle de Gonesse ».

Maire de Sannois, le député Yanick Paternotte était orateur du groupe UMP sur le texte du Grand Paris. Il regrette que le Val d’Oise n’ait pas été « capable de proposer un projet de territoire fort ». La faute, selon lui, au président du Conseil Général, Didier Arnal qui n’aurait pas donné suite à sa proposition de « mobiliser les forces de tous bords politiques afin de construire un projet cohérent pour le Val d’Oise ». Après les débats à l’assemblée, Yanick Paternotte veut retenir les avancées du texte par rapport à sa version initiale : la commission nationale du débat public a été réintroduite, plusieurs de ses amendements ont été adoptés dont celui renforçant la concurrence pour l’attribution de marchés de missions d’étude et de maîtrise d’ouvrage.

Fort de sa position d’orateur du groupe UMP sur le texte du Grand Paris, le député de la 9e circonscription déclare vouloir désormais « se battre pour que le tracé du métro automatique soit modifié ». Pour cela, il a demandé qu’un réseau complémentaire de tramway, reliant Roissy à La Défense, via Gonesse, Sannois et Argenteuil puisse être ajouté au réseau de double-boucle du métro automatique prévu par le Grand Paris. Il souhaite également proposer au ministre, Christian Blanc, « des variantes de tracé pour le Val d’Oise ». Le débat sur le Grand Paris est loin d’être terminé.