L’opposition n’a pas tardé à réagir au retrait des délégations de deux adjoints au maire d’Argenteuil. Au-delà d’un problème de forme relevé, Philippe Métézeau, conseiller municipal UMP, dénonce « l’intimidation permanente » de Philippe Doucet, qui « a voulu faire un exemple pour stopper l’expression trop visible de divergences internes a sa majorité. »

Alors que le retrait des délégations de Faouzi Lamdaoui et de Laura Benoumechiara sera demandé lors du prochain conseil municipal d’Argenteuil, l’opposition s’étonne de son annonce à travers un communiqué de presse. « C’est aller un peu vite en besogne puisque le Conseil municipal ne s’est pas prononcé. Il n’a même pas été convoqué. A fortiori, ce point ne figure donc pas a son ordre du jour… » commente Philippe Métézeau, conseiller municipal d’opposition.

« Je rappelle que les deux adjoints concernés avaient refusé d’approuver l’augmentation des impôts et avaient recommandé que le maire fasse plutôt des économies notamment dans le domaine de la communication. On ne peut pas sur ce point leur donner tord. Ils ont eu le tord d’avoir eu raison. Le maire cherche des boucs émissaires à l’échec cuisant qu’il a enregistré récemment par cantonales interposés »
analyse le conseiller général d’Argenteuil Est. Mais ce n’est pas la première fois que Philippe Doucet retire la délégation d’un adjoint.

« Il y a déjà eu Mme Habri, dont la délégation à l’Education a été retirée pour désaccord politique, et Mme Monaque, ancienne adjointe à la santé, placardisée pour avoir refusé d’approuver les crédits de représentation que le maire s’était fait attribuer » rappelle Philippe Métézeau. « Un mensonge » selon la mairie. « Madame Monaque est toujours adjointe à la Santé. Pour le cas de Mme Habri, sa délégation n’a pas été retirée. Nous avons préféré élargir celle de Fabien Bénédic qui s’occupait également d’éducation. Mme Habri est aujourd’hui déléguée à la vie des quartiers. Ces deux cas sont bien différents de ceux de Faouzi Lamdaoui et Laura Benoumechiara » conclut la mairie.