Le Grenelle de l’Environnement prévoit une diminution de 38 à 50% de la consommation du bâti d’ici 2020. En complément aux actions gouvernementales, qui ne suffiront pas, les architectes veulent s’attaquer à l’habitat diffus existant. Dans le Val d’Oise trois communes volontaires vont participer à l’opération « La Vi[ll]e meilleure » : Eragny-sur-Oise, Gonesse et Goussainville.

 Cette initiative de l’Union Nationale des Syndicats Français d’Architectes (UNSFA) doit dans un premier temps délimiter un ou plusieurs quartiers sur lesquels sera évaluée, proposée puis réalisée une rénovation thermique croisée avec les problématiques urbaines locales. « L’architecte est un acteur central de la révolution du “Grenelle Bâtiment“, sachant que l’empreinte écologique du bâtiment se joue le plus amont possible, dès les études préliminaires. Une approche transversale est nécessaire traitant à la fois de la maîtrise de l’énergie, de l’organisation du bâti et des impacts environnementaux » explique l’UNSFA 95. L’objectif est qu’au vu de cette première phase test, chaque année, d’autres municipalités souhaitant valoriser leur patrimoine local existant, viennent rejoindre ce projet.

Après cette phase de diagnostic, les architectes du Val d’Oise proposent de rénover et d’améliorer les bâtiments existants du point de vue règlementaire, de mise en conformité (accessibilité et sécurité) et également du point de vue thermique (réduire consommation chauffage si possible vers 50 kWh/m2/an). « Il s’agit de travailler en concert avec les habitants et le service urbanisme de la commune pour redynamiser les quartiers à rénover, pouvant devenir des éco-quartiers vivants » précise l’UNSFA.

L’opération « La Vi[ll]e meilleure » sera  donc ouverte sur l’habitat existant (individuel et collectif) et gérée par un comité de pilotage ouvert à des personnalités éminentes de la société civile, et a vocation à intégrer des étudiants de toutes disciplines (architecture, sociologie, écologie, géographie, ….).

Elle se déroulera en trois phases distinctes accompagnées par le comité de pilotage mis en place par l’Unsfa 95 : l’une d’élaboration méthodologique et de consultations, réalisée au plan local par le syndicat des architectes valdoisiens, une autre de « diagnostic stratégique » et de concertation et enfin une phase opérationnelle sous maîtrise d’ouvrage des habitants et maîtrise d’œuvre d’un groupe d’architectes dans le cadre d’un dispositif classique privé.