Le jeune parti de Jean-Luc Mélenchon se désagrège déjà sur la circonscription d’Argenteuil/Bezons. Les 20 militants démissionnaires, sur les 23 que compte la section, reprochent à leurs instances nationales d’avoir eu « une attitude d’indifférence, d’arrogance et du mépris à leur regard. » Ils justifient également ce geste par « un déni de démocratie en interne » mais aussi parce qu’ils refusent « de prendre la responsabilité de la division de la gauche et de facto de son échec électoral. »

Avec cette démission collective, le Parti de Gauche perd une bonne partie de ses militants valdoisiens, 32% selon les démissionnaires. « Sur Argenteuil/Bezons, il ne reste plus aucun militant » précise Ali Romdhane, ancien secrétaire du comité de circonscription et candidat dissident lors de l’élection cantonale partielle d’Argenteuil-Est après que l’investiture soit accordée à Michel Févry, « qui n’était même pas adhérent. » Mais cet épisode « n’est que l’arbre qui cache la forêt » estiment ces anciens militants du Parti de Gauche. 

Le « traquenard politique du PG » à Argenteuil/Bezons

« Fidèles à la vérité non dissimulée en politique, nous estimons qu’il est devenu plus que jamais urgent de siffler l’arrêt du traquenard politique du PG à Argenteuil /Bezons. Toutes les manigances vaines, pour acquérir seulement le pouvoir dans un territoire sans l’implication effective de ses  militantes/militants, doivent cesser rapidement et être dénoncées fermement » expliquent les démissionnaires dans un communiqué. Cette annonce à quelques mois de l’élection régionale, où le Parti de Gauche s’est engagé avec le PCF, pourrait avoir des conséquences sur le score du Front de Gauche sur le secteur.

D’ailleurs à l’occasion de ce scrutin, « le PG continue à recourir au parachutage » affirment les auteurs du communiqué. « Son président l’a bien affirmé au cours d’une de ses déclarations qu’il ne veut pas avoir un parti ouvert et renforcé de peur de se confronter à des conceptions politiques qui ne sont pas identiques aux siennes » regrettent-ils.

Les signataires démissionnaires :
1) Hakima Adlani- 2) Gisèle Brudy- 3) Danièle Romdhane- 4) Monjia Latrach- 5) Besma Ayari 6) Imdhia Romdhane- 7) Malika Lakhnech- 8) Roselyne Anacle- 9) Nathalie Lizeroux- 10) Nadhia Daklia- 11) Ridha Adlani- 12) Jameleddine Kanzari- 13) Choukri Ayari- 14) Mohamed Laknech- 15) Lamine Kenzari- 16) Makram Chaïr- 17) Hammadi El hajri- 18) Michel Leclerc- 19) Jerôme Frénal- 20) Ali Romdhane.