Philippe Houbert, président du Mouvement Démocrate en Val d’Oise depuis septembre dernier, a annoncé aujourd’hui sa démission du parti de François Bayrou. En effet, il reproche au président du MoDem « un manque total de clarté quant à la stratégie politique mise en place depuis la création du parti au printemps 2007 » mais aussi et surtout Philippe Houbert regrette « un fonctionnement interne peu démocratique », notamment dans la désignation des têtes de listes pour les élections régionales.

 A peine installé depuis quatre mois, Philippe Houbert démissionne déjà de son poste de président du MoDem dans le Val d’Oise. Plusieurs raisons sont avancées pour justifier cette décision. Dans un premier temps, Philippe Houbert dénonce le « flou » quant à la stratégie politique du mouvement démocrate qui, selon lui, « a conduit à une série d’échecs électoraux tous plus cuisants les uns que les autres. » Pour le prochain scrutin, le désormais ancien président du MoDem 95 évoque « une stratégie adoptée par dépit, à mille lieues de l’espoir soulevé il y a 3 ans de créer enfin une troisième voie fondée sur les principes de développement durable, de démocratie et de justice. » « Autonomie au premier tour pour se vendre au Parti Socialiste au second » résume-t-il.

En « total désaccord » avec le choix d’Alain Dolium pour mener la liste en Ile-de-France

Second grief fait au parti de François Bayrou : son fonctionnement interne. Dans son communiqué, Philippe Houbert le qualifie d’« aussi peu démocratique que possible », exemples à l’appui. « Les décisions sont prises par un seul homme, toute tentative contestataire est niée, où les adhérents n’ont pas le droit de connaître l’état des finances de leur parti, où les structures internes restent empreintes des habitudes des partis du siècle dernier, bien loin des changements attendus » commente-t-il. Philippe Houbert vise plus particulièrement la désignation des chefs de file du parti pour les régionales, notamment en Ile-de-France, où il est en total désaccord avec le choix d’Alain Dolium.

« Un candidat au discours politique pauvre »

« Un casting aboutissant à la désignation d’un candidat au discours politique pauvre et n’ayant aucunement milité au sein du mouvement ne peut qu’être interprété comme un nouveau mépris de François Bayrou à l’encontre des adhérents » estime-t-il.

Philippe Houbert poursuivra ses activités politiques au sein de CAP21, parti fondé et présidé par Corinne Lepage, en tant que délégué départemental, poste qu’il occupe depuis septembre 2008, et au sein de Terre démocrate, club de réflexion créé en novembre dernier et « dont l’objet est de proposer un projet de vie et de société fondé sur les meilleures pratiques issues du terrain (citoyens, associations, …). »