Pour sa première réunion publique dans cette élection régionale, Ali Soumaré a choisi Goussainville. Un choix qui ne doit rien au hasard. La fédération socialiste est bien décidée à aller dans les quartiers populaires « là où le PS présente des enjeux forts » précise Dominique Lefebvre, patron des socialistes valdoisiens. Invité de marque pour ce lancement de campagne, Pierre Moscovici a tenu à saluer le choix d’Ali Soumaré. Jusqu’au premier tour de l’élection, les socialistes promettent « un évènement majeur » chaque semaine.

Après la claque des européennes, qui a vu le parti de Martine Aubry réaliser le troisième plus mauvais score depuis 1979, le PS est bien décidé à ne pas refaire les mêmes erreurs. Alliés avec le PRG, le MRC et le MUP de Robert Hue, les socialistes ont véritablement lancé la campagne mardi soir. Un nouveau site Internet, une newsletter et un journal de campagne seront d’ailleurs présentés lundi à l’occasion des vœux de la fédération. « Il y aura un évènement majeur chaque semaine jusqu’à l’élection » prévient Dominique Lefebvre. Après la venue de Pierre Moscovici hier à Goussainville, la fédération socialiste du Val d’Oise attend celle de Jean-Paul Huchon et de Robert Hue, lundi prochain à Villiers-le-Bel. Ensuite ce sera au tour de Martine Aubry de venir à Cergy, le 2 février.

« Envoyer un signal fort à la droite »

Dans son discours d’ouverture, le premier fédéral du PS 95 vante à l’assistance et à Pierre Moscovici les mérites et les qualités d’Ali Soumaré. « C’est grâce à lui que nous avons réussi notre meilleur score aux européennes : 28 % des voix sur Villiers-le-Bel. » Les quartiers populaires justement, sont la priorité des socialistes. « Il faut mobiliser les quartiers. Pour les présidentielles de 2007, la participation dans ces quartiers a été de 83%. Elle a chuté à 53% pour les législatives. Notre réserve de voix est là » indique Dominique Lefebvre. Ali Soumaré rejoint le patron du PS 95 sur ce terrain. Ce Beauvillésois de 29 ans estime que la composition de la liste valdoisienne est la meilleure réponse à la droite qui, par son débat sur l’identité nationale « aux visées électorales », « monte les français les uns contre les autres ». « A travers cette élection, on peut mobiliser et envoyer un signal fort à la droite » poursuit Ali Soumaré, qui reprend l’idée, chère à Jean-Paul Huchon, de faire de la région un « bouclier social » face à la politique gouvernementale.

Valérie Pécresse, « un peu Versaillaise quand même »

Vient ensuite le tour de Pierre Moscovici, qui lui non plus n’a pas été avare d’éloges envers le candidat valdoisien. Durant son intervention, le député du Doubs a dressé un tableau noir du Sarkozysme. Il en a profité pour égratigner les adversaires d’Ali Soumaré dans cette élection régionale, Valérie Pécresse en tête. « Elle a été mon élève (à Science-Po, NDLR). Elle est brillante (…). Valérie Pécresse n’est pas antipathique mais un peu Versaillaise quand-même » glisse-t-il malicieusement à l’assistance. Mais, Pierre Moscovici ne s’est pas contenté de tacler la droite. Les communistes et les Verts, partis seuls au premier tour après avoir cogéré la région avec Huchon, sont taxés de diviseurs. « Il faut traiter les Verts comme des concurrents. Ne nous laissons pas faire » avertit-il.

Devant une centaine d’élus et de militants du PS, les cadres socialistes du Val d’Oise, Ali Soumaré et Pierre Moscovici se sont évertués à mobiliser les troupes car ils comptent bien mener une campagne de terrain.  

http://www.dailymotion.com/embed/video/xbxfvb