Alors que le procès sur le crash du Concorde, survenu à Gonesse le 25 juillet 2000, doit débuter au Tribunal de Pontoise le 2 février, un documentaire vient contredire les conclusions des enquêteurs du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) et des experts judiciaires, rapporte l’AFP.
"Concorde, le crash d’un mythe", sera diffusée vendredi soir sur la chaîne crytée.

Le documentaire met en avant une thèse, étayée de témoignages, rejetant sur Air France la responsabilité du crash alors que la compagnie nationale ne sera pas sur le banc des prévenus le 2 février.

Selon le BEA et les experts judiciaires, l’accident a été provoqué par une lamelle de titane, perdue par un DC10 de Continental Airlines qui avait décollé de l’aéroport de Roissy quelques minutes avant le Concorde d’Air France.

Le documentaire développe le scénario selon lequel le Concorde aurait pris feu près d’un kilomètre avant l’endroit où se trouvait la fameuse lamelle.

Cette version rejoindrait celle qui sera développée par la défense de Continental Airlines au Tribunal de Pontoise.

Une thèse contestée par l’avocat d’Air France. "Toute une série d’arguments développés dans cette émission n’ont pas été invoqués devant le juge d’instruction. On verra bien ce que le tribunal a à en dire. Nous avons tous les éléments pour y répondre", a déclaré à l’AFP Me Fernand Garnault.