Selon le site Leparisien.fr, deux avocats contestent la validité de l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel du juge d’instruction. Ils ont déposé jeudi des conclusions de nullité. Le procès du Concorde doit démarrer mardi au TGI de Pontoise.

Le document remis en question par ces deux avocats résume les dix ans de procédure sur lequel reposent les charges contre les prévenus. Maîtres Metzner et Soulez-Larivière défendent respectivement les intérêts de la compagnie Continental Airlines et un responsable de la sécurité de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Ils reprochent à cette ordonnance de renvoi de ne pas discuter des éléments à charge et à décharge.

« Il n’y a aucune discussion sur les éléments à décharge. Le rapport du BEA, le bureau enquête accident (devenu depuis le Bureau d’enquêtes et d’analyses) est également écarté. Il n’y a par ailleurs aucune discussion sur le rôle de mon client » a confirmé maître Soulez-Larivière à notre confrère du Parisien. Les arguments des avocats seront discutés au démarrage du procès du Concorde, ce mardi.