Valérie Pécresse dénonce, dans un communiqué, "le faux procès fait par le parti socialiste à Francis Delattre, maire de Franconville, qui ne vise qu’à masquer le silence assourdissant de Jean-Paul Huchon sur les propos indignes tenus par Georges Frêche".
"C’est une manoeuvre grossière de diversion, réagit la chef de file de l’UMP pour les Régionales en Ile-de-France. Elle ne parviendra pas à détourner l’attention des franciliens d’un parti socialiste prêt à tous les reniements pour conserver la région Languedoc Roussillon".

La réaction de Valérie Pécresse fait suite aux déclarations des responsables socialistes après les propos tenus jeudi soir par le maire UMP de Franconville. Evoquant le numéro un de la liste PS dans le Val-d’Oise, Ali Soumaré, Francis Delattre avait déclaré à la tribune du meeting UMP pour les régionales qu’il pensait « qu’il était un joueur de l’équipe réserve du PSG ».

Après les premières réactions des ténors du PS du Val-d’Oise, dont le 1er secrétaire fédéral Dominique Lefebvre qui dénonçait des propos « connotation raciste », la porte-parole de Jean-Paul Huchon avait demandé à Valérie Pécresse de présenter des excuses. Marie-Pierre de la Gontrie a également parlé de "propos méprisants à tonalité raciste" et elle a estimé que "la mise en cause d’Ali Soumaré, en raison de ses origines et de la ville de Villiers-le-Bel dont il est issu, est scandaleuse et inacceptable".

"C’est une manoeuvre grossière de diversion", réagit Valérie Pécresse. Pour la chef de file de l’UMP aux régionales en Ile-de-France "elle ne parviendra pas à détourner l’attention des franciliens d’un parti socialiste prêt à tous les reniements pour conserver la région Languedoc Roussillon".