« Alors que Francis Delattre s’interrogeait sur l’absence de vrais leaders Valdoisiens sur la liste PS, ses propos ont été déformés à des fins calomnieuses, dénonce Axel Poniatowski, tête de liste UMP aux régionales en Ile-de-France dans le Val-d’Oise. Je condamne une accusation qui, si elle n’était pas si grave, frôlerait le ridicule : le Parti Socialiste, alors en plein syndrome « Georges Frêche », chercherait-il à se refaire une virginité ? Quoiqu’il en soit nous ne sommes pas dupes. »
Et le député maire de l’Isle-Adam de préciser que « sur la liste de la majorité présidentielle du Val d’Oise sont inscrits sept représentants de la diversité. Aussi, nous n’avons de leçon à recevoir de personne ».

 « En attaquant Francis Delattre au sujet des propos qu’il a tenu jeudi dernier lors du meeting à Franconville pour les élections régionales, le Parti Socialiste s’est livré à une vaste opération de détournement d’attention », souligne Axel Poniatowski qui affirme que le PS est "englué dans le syndrome « Georges Frêche »".

Valérie Pécresse, chef de file de l’UMP pour les régionales en Ile-de-France, a dénoncé, de son côté, « le faux procès fait par le parti socialiste » au maire de Franconville.