Initié depuis 2004 par la Municipalité d’Ermont, en partenariat avec la maison d’arrêt du Val d’Oise (MAVO) et certaines associations locales, le programme ; Donner une deuxième chance aux détenus.

Le vendredi 5 mars prochain, les détenus de cette maison d’arrêt vous invitent à assister à la restitution publique de leur dernier atelier
théâtre. De nombreuses actions de réinsertion C’est suite à un débat parlementaire relatif à la récidive que Hugues Portelli, Maire d’Ermont et Sénateur du Val d’Oise, a décidé de prendre contact avec le directeur de
la maison d’arrêt du Val d’Oise afin de mettre en place un partenariat entre ces deux structures, destiné à permettre une meilleure réinsertion des détenus.
Élaboré dans le cadre du Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS), ce partenariat regroupe dfférentes actions :

– une réinsertion par les langues.
Les associations CLÉ et ESSIVAM mènent depuis le début de ce partenariat, un travail important sur les formations linguistiques et
l’alphabétisation ;

– une réinsertion par le sport.
Plusieurs fois par an, les détenus ont la possibilité d’assister à des stages, en
collaboration avec les associations sportives locales, et d’aborder les thématiques de la coopération et du
rapport à la règle ;

– une réinsertion par l’emploi.

Au cours du premier semestre 2009, deux personnes bénficiant d’un aménagement de peine et placées sous surveillance électronique ont été accueillies dans le cadre d’un Contrat d’aide à l’emploi (CAE) au sein des services municipaux. Par ailleurs, depuis le mois de septembre 2009, un chantier d’insertion a été mis en place par la Municipalité, en partenariat avec la MAVO et le CPCV (association loi 1901 engagée dans l’action sociale et organisme de formation). Ainsi, divers chantiers sont programmés sur l’année.

-Une réinsertion par la culture.
Un atelier d’expression théâtrale est mis en place ce mois-ci à la maison d’arrêt d’Osny. Animé par la metteur en scène de la compagnie Nagananda actuellement en résidence à Ermont, cet atelier est construit sur dix séances de deux heures. Il propose aux participants, entre jeux d’imagination et interprétation de textes, de développer de nouvelles compétences : expression, confiance en soi, imagination, ouverture, variations de
points de vue… Au-delà du projet artistique, ces compétences dans les champs de la communication devraient aider à la réinsertion des jeunes détenus.