Les maires de Boisemont, Menucourt et Vauréal ont appris avec stupéfaction la manière dont le magazine municipal de Vaux-sur-Seine relatait leur venue à la plantation de 8 000 arbres sur le site du bois de l’Hautil. Alors que les élus accompagnaient les associations de défense de l’environnement pour dénoncer la transformation en décharge du site (vidéo), le journal évoque « l’intérêt » de ces derniers pour cette opération. « Nous avons été scandalisés » s’exaspèrent les trois édiles dans un communiqué commun.

 Le 5 décembre dernier, la société PetitDidier, en charge de la réhabilitation d’une partie du bois de l’Hautil, invitait la population à venir assister à la plantation de 8 000 arbres. Des associations opposées à l’agrandissement de la décharge étaient venues perturber l’opération de communication de l’entreprise et du maire de Vaux-sur-Seine (78), favorable au projet. Les élus des villes valdoisiennes avoisinantes également opposés au déboisement de 25 hectares s’étaient joints aux manifestants. Problème : le magazine municipal de la commune des Yvelines interprète d’une toute autre manière cette venue. Ainsi dans le numéro 42 de cette publication on peut y lire :

 « Parmi les personnalités qui ont montré leur intérêt pour cet évènement, nous notons la présence de monsieur Cardo, député UMP de la 7e circonscription des Yvelines, monsieur Breton, vice Président du Conseil Général du Val d’Oise, monsieur Wanner, Maire de Boisemont ainsi que d’autres élus des communes environnantes et de représentants d’associations. »

Si le terme intérêt laisse toute interprétation possible, les maires de Boisemont, Menucourt et Vauréal (Jean-Claude Wanner, Eric Proffit-Brulfert et Bernard Morin) se disent aujourd’hui « scandalisés » et accusent le maire de Vaux-sur-Seine, Julien Crespo, de « détourner de façon honteuse » les véritables motifs de leur présence. « Nous étions, à l’appel du Collectif pour la Protection du Massif de l’Hautil, venus pour dire notre ferme opposition au projet de décharge qui menace la pérennité du massif de l’Hautil, son écosystème et les habitants de toutes les communes avoisinantes » indiquent-ils.

Le conseiller général, Jackie Breton, et le député UMP des Yvelines, Pierre Cardo, directement cités dans le magazine municipal, « ont déjà chacun adressé un courrier à Monsieur Crespo pour rétablir la vérité » font savoir les trois maires.

« Il s’agit d’un sujet grave, qui dépasse amplement les clivages politiques. Depuis plusieurs mois déjà, nos communes ont exprimé officiellement leur opposition à ce projet illégal et dangereux notamment en soutenant, par le biais de subventions, une action menée en justice contre la commune de Vaux sur Seine par Collectif pour la Protection du Massif de l’Hautil » rappellent les élus.

http://www.dailymotion.com/embed/video/xbf40w