Après l’intervention mardi de la procureure de Pontoise, les élus UMP se rejettent la « patate chaude ». Alors que Valérie Pécresse, chef de file de l’UMP en Ile-de-France, a « condamné » dès mardi soir ce qu’elle a appelé « l’initiative » des maires de Franconville et Saint-Leu, la tête de liste UMP dans le Val d’Oise, Axel Poniatowski, a affirmé sur LeMonde.fr qu’elle avait « donné son accord » pour la diffusion du communiqué de presse avant de démentir quelques heures après. Eric Raoult, le député UMP qui n’a pas été retenu pour conduire la liste en Seine-Saint-Denis parle d’une « impression d’une campagne amateur, qu’il n’y a pas de patronne, qu’on a déjà perdu».

Valérie Pécresse, qui semblait déjà embarrassée à l’évocation de cette affaire Soumaré, s’est précipitée, après l’intervention de la procureure de Pontoise, pour se désolidariser de l’initiative du maire de Franconville. Dans un communiqué, elle « condamne l’initiative de Francis Delattre qui a conduit à évoquer à l’égard d’Ali Soumaré une condamnation prescrite, ainsi qu’à lui imputer la condamnation d’un homonyme » avant de préciser qu’elle regrette « cette démarche qui ne correspond ni à sa conception de la politique, ni à ses valeurs ».

Interrogé par LeMonde.fr, le député-maire de L’Isle-Adam, Axel Poniatowski, a expliqué que sa chef de file pour l’élection régionale était au courant de la diffusion du communiqué de presse incriminant la tête de liste socialiste dans le Val d’Oise, sans pour autant en être à l’origine. « J’ai prévenu Valérie Pécresse de mon intention de faire ce communiqué. Elle m’a donné son accord », confie la tête de liste UMP valdoisienne. Dans la foulée, il a tenu à apporter un démenti formel. « J’ai déclaré avoir informé Valérie Pécresse, sans requérir son approbation » a-t-il précisé rapidement.

Cette attaque envers Ali Soumaré a également été commentée à droite. Eric Raoult, député UMP de Seine-Saint-Denis, l’a qualifiée de « redoutable erreur ».

Axel Poniatowski « regrette »

« Je regrette clairement qu’on ait pu porter des accusations erronées contre M. Soumaré », poursuit Axel Poniatowski. « Il est certain que son passé judiciaire n’est pas aussi lourd que ce que l’on pouvait penser. Il n’en reste pas moins que M. Soumaré est un personnage obscur », maintient-il, toujours dans Le Monde.

De son côté, le maire de Franconville a décidé de ne plus s’exprimer sur le sujet. Après avoir confirmé mardi qu’il maintenait 4 des 5 condamnations attribuées à Ali Soumaré, Francis Delattre se retranche derrière son avocat, maître Froment-Meurice.