Plusieurs associations environnementales du Val d’Oise ont adressé mardi 9 mars une lettre au cabinet de Jean-Louis Borloo pour faire part au ministre de l’écologie des menaces sur certaines forêts du département.

 Des atteintes « visibles », « invisibles » et « pernicieuses », c’est ce que dénoncent six associations du département* dans un courrier accusé réception par Jean-Louis Borloo le lendemain. Les signataires insistent plus précisément sur « le retard au comblement des mines de gypse sous forêt de Montmorency, aujourd’hui de dix millions de mètres cubes, soigneusement passés sous silence par les représentants de l’Etat » et sur « l’amputation prévue » de la forêt d’Ecouen. En effet, la municipalité de Villiers le Bel prévoit de créer une zone d’activité en lisière de forêt. Les associations ne comprennent pas la motivation du projet « au moment où la zone d’activité de Tissonvilliers 2 est à la recherche d’entreprises pour 20 0000 m² inoccupés et où, malgré cela, se construit celle de Tissonvilliers 3 ».

A la fin de la lettre, les six associations valdoisiennes demandent notamment au ministre de l’écologie de se prononcer « pour la mise en place urgente des corridors biologiques et des périmètres de reconquête forestières qui permettront au massif forestier unique de se reformer » sur le département.

 * Val d’Oise Environnement, Association de Défense de la Forêt d’Ecouen et d’Education à la Nature, Les Amis de la Terre du Val d’Ysieux, l’Association pour la Gestion du Grand Gibier, Association de l’Isle Adam pour la Sauvegarde de l’Environnement et des Forêts, Association de Défense du Val d’Oise contre les Nuisances Aériennes.