« Ce premier tour des régionales a été marqué par une abstention préoccupante, à Cergy comme dans toute la France. Avec la remontée du Front national, c’est le symptôme d’une société en crise, travaillée par une forte défiance à l’écart de la politique », analyse le maire de Cergy et patron du PS Val-d’Oise.

 « Cette défiance puise sa source avant tout dans la crise économique et sociale sans équivalent que nous traversons, qui conduit beaucoup de Français à se demander ce que voter peut changer concrètement à leur conditions de vie. Mais il ne faut pas oublier une autre cause essentielle : l’échec patent de Nicolas Sarkozy, estime Dominique Lefebvre. L’heure des comptes est venue et le chantre du « travailler plus pour gagner plus » est rattrapé par la réalité de la hausse du chômage, du recul du pouvoir d’achat et d’une politique de classe au service exclusif des privilégiés que les beaux discours ne masquent plus. Cergy n’échappe pas à ce mouvement national ».

Le patron du PS-95 voit cependant dans les résultats à Cergy des  « motifs de satisfaction réels » pour le Parti socialiste et la gauche en général ! « Là où la droite totalise 24% des suffrages et l’extrême droite arrive à 7%, la gauche dépasse 58%, dont 35% pour le seul Parti socialiste. L’extrême gauche fait 5,5% et le Modem 4% ».

En prévision du deuxième tour, Dominique Lefebvre appelle « à présent chacun à se mobiliser pour confirmer et amplifier le bon score de ce soir, fruit du bon bilan de Jean-Paul Huchon comme président de région et d’une campagne dynamique menée par notre tête de liste Ali Soumaré. Le 21 mars, il faudra donner la majorité la plus large possible à la liste de la gauche rassemblée, pour une région protectrice, solidaire et écologique ».