« Il n’y a rien à attendre de ce mélange de tous les contraires qui échouent depuis 12 ans », a déclaré la chef de file de l’UMP pour les Régionales en Ile-de-France, évoquant devant les militants les alliances attendues autour de Jean-Paul Huchon au deuxième tour. « Comment va-t-il faire pour intégrer le progamme communiste, écologiste et son programme?, interroge l’ex socialiste Linda Uzan, sixième sur la liste Poniatowski dans le Val-d’Oise. Il faut peut être que Huchon fasse son baluchon ».

 Les candidats UMP veulent croire à la victoire dimanche prochain. « On est remontés comme des pendules puisque les scores ne sont pas mauvais pour nous, bien au contraire! », s’enthousiasme Stéphanie Von Euw, numéro deux de la liste du Val-d’Oise. L’UMP vire en tête en Ile-de-France au premier tour avec 28% contre 25,5 % au PS, 16 % à Europe Ecologie, 8.6% au Front National, 6.7% au Front de gauche.
« Il nous reste une semaine pour défendre, pour convaincre. Croyez moi, notre détermination est totale ! », a lancé aux miltants réunis dans son QG parisien Valérie Pécresse.

La conseillère régionale UMP du Val-d’Oise, Stéphanie Von Euw, promet « une très grosse campagne de mobilisation pour aller convaincre les abstentionnistes, les gens qui ne se sont pas retrouvés dans cette campagne ». L’adjointe au maire de Pontoise  annonce que l’UMP va "adapter son message aussi au deuxième tour ».  « L’enjeu c’est véritablement l’avenir de l’Ile de France », affirme Stéphanie Von Euw, dénonçant une « tendance a nationaliser le discours » de la part de la gauche.

« Au bout de 12 ans, il y a usure du pouvoir. Ce n’est pas possible de diriger un région plus de 12ans », lance, pour sa part, l’ex socialiste Linda Uzan, sixième sur la liste Poniatowski dans le Val-d’Oise.