A 18 heures ce mardi, la liste conduite par le socialiste Ali Soumaré a été déposée. Sans surprise, on trouve en deuxième position l’ex-tête de liste d’Europe Ecologie Safia Lebdi. Des écologistes bien servis qui peuvent espérer, en cas de victoire, quatre élus contre sept pour les socialistes. La surprise vient du Front de Gauche avec l’absence remarquée de la tête de liste Jean-Michel Ruiz. Ce dernier, patron du PCF-95 et très présent sur le terrain, a du laisser sa place à l’actuel vice-président PCF de la Région Francis Parny… il est vrai membre de la direction nationale du parti communiste et en charge des négociations avec les autres partis pour ces régionales. "C’est une atteinte à la démocratie, les communistes valdoisiens avaient voté pour leur tête de liste et choisi l’ordre des candidats à 92%, réagit Jean-Michel Ruiz. Je n’en fais pas une affaire personnelle et j’appelle à battre la droite dimanche". Tout aussi étonnant, la disparition des valdoisiens Laurent Dumont (MUP) et Elisabeth Boyer (PRG)… qui se retrouveraient respectivement sur des listes dans les Hauts-de-Seine et à Paris.

 La liste conduite par le socialiste Ali Soumaré en prévision du deuxième tour des élections régionales en Val-d’Oise compte 11 PS, 7 Verts, 2 MUP (le mouvement de Robert Hue), 2 Front de gauche et un MRC. "Le PS fait un effort de rassemblement pour faire de la place à ses partenaires, déclare le secrétaire fédéral Dominique Lefebvre. C’est un bon accord, c’est une dynamique de rassemblement des électeurs de gauche". Un bon accord pour les écologistes qui, sur une liste qui compte 23 noms, trustent sept places dont quatre en position éligible en cas de victoire. Logique au vu des résultats du premier tour d’Europe Ecologie qui confirme sa bonne forme depuis les Européennes.

Autre enseignement, le jeu égal MUP – Front de gauche. Le mouvement de Robert Hue a été bien servi. En cas de victoire de Jean-Paul Huchon, l’adjointe au maire MUP d’Argenteuil Marie-José Cayzac est assurée de devenir conseillère régionale… six mois après avoir perdu son siège de conseillère générale du Val-d’Oise au profit de l’UMP Philippe Métézeau. La stratégie du PS de grignoter des voix au Front de gauche en misant sur Robert Hue a fonctionné dans le Val-d’Oise : dans le 95 le Front de gauche totalise 5.34 % des suffrages contre 6.55% au niveau régional. Une stratégie qui permet à Robert Hue de placer ses proches mais qui n’est pas sans dommage collatéral à l’image de la disparition de Jean-Michel Ruiz de la nouvelle liste. Ce dernier, pourtant chef de file du Front de gauche et patron du PCF-95, a été écarté au profit de Francis Parny, ancien élu municipal de Garges… mais vice-président sortant de la Région et surtout membre de la direction nationale du parti communiste en charge des négociations avec les partis de gauche pour ces régionales. Comment ne pas y voir un choix d’appareil alors que dans sa ville de Garges, le Front de gauche se retrouve derrière le NPA ? Garges, une ville qui a été communiste et Francis Parny son 1er adjoint.

Jean-Michel Ruiz s’est vu proposer la 17e place sur la liste. Refus du patron des communistes du Val-d’Oise qui souhaitait voire respecter l’ordre voté par les militants : Ruiz, Jaouen, Parny.
"C’est une atteinte à la démocratie, les communistes valdoisiens avaient voté pour leur tête de liste et choisi l’ordre des candidats à 92%, réagit Jean-Michel Ruiz. Je n’en fais pas une affaire personnelle et j’appelle à battre la droite dimanche".

"On a été dans les premiers à se battre dès mars 2009 pour l’élargissement du Front de Gauche et ce sont ceux qui se sont battus que l’on écarte", souligne Jean-Michel Ruiz, pensant aussi à la conseillère régionale sortante Rosita Jaouen qui ne se retrouve pas sur la nouvelle liste Soumaré. Et le patron du PCF-95 refuse de croire que son choix d’avoir défendu une candidature Braouzec plutôt que Laurent a joué en sa défaveur au final. Le choix de Francis Parny est "un choix d’appareils", regrette Jean-Michel Ruiz.

Faut-il s’attendre à des nouveaux départs de communistes valdoisiens vers le MUP de Robert Hue ? Un Robert Hue qui, symboliquement, est en dernière position sur la liste Soumaré.

Dernier partenaire du PS à obtenir gain de cause : le parti de Jean-Pierre Chévénement. En cas de victoire de Jean-Paul Huchon, Guillaume Vuilletet (MRC) sera élu conseiller régional.

1 – Ali Soumaré (PS)
2 – Safia Lebdi (Europe Ecologie)
3 – Emmanuel Maurel (PS)
4 – Elvira Jaouen (PS)
5 – Sylvain De Smet (Europe Ecologie)
6 – Céline Pina (PS)
7 – Francis Parny (Front de gauche)
8 – Christiane Rochwerg (Europe Ecologie)
9 – Guillaume Vuilletet (MRC)
10 – Charlotte Brun (PS)
11 – Julien Bayou (EE)
12 – Marie-José Cayzac (MUP)
13 – Eric Dubertrand (PS)
14 – Isabelle Beressi (PS)
15 – Marc Denis (Europe Ecologie)
16 – Pascal Daubigny (PS)
17 – Alain Feuchot (Front de gauche)
18 – Sevgi Karaman (PS)
19 – Hakim Hssini (PS)
20 – Jacqueline Lorthiois (Europe Ecologie)
21 – François Delcombre (Europe Ecologie)
22 – Sophie Vieron (PS)
23 – Robert Hue (MUP)