Sans attendre le résultat final qui sortira des urnes, Dominique Lefebvre « félicite Jean-Paul Huchon et l’ensemble des nouveaux conseillers régionaux de gauche en Ile-de-France pour leur victoire ».
« Dans notre département, la large victoire d’Ali Soumaré face à Axel Poniatowski confirme l’ancrage à gauche du Val d’Oise tout comme le rejet par nos concitoyens des méthodes honteuses de l’UMP durant cette campagne où la droite départementale s’est déconsidérée », déclare le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste qui montre du doigt une droite locale « largement minoritaire, discréditée et divisée ». Et ce dernier de se projeter dans les prochaines batailles électorales : « Je ne doute pas que les élections cantonales de mars 2011 le confirmeront et le Parti socialiste se prépare déjà à cette échéance ».

« La dynamique de rassemblement qui a amplifié ce 21 mars les résultats du 1er tour montre le chemin qui doit conduire en 2012 à l’alternance politique lors de l’élection présidentielle et des élections législatives », déclare Dominique Lefebvre. Ce dernier voit dans le résultat de ce dimanche « un désaveu cinglant pour Nicolas SARKOZY et l’UMP qui doivent maintenant tenir compte du message des Françaises et des Français et en tirer toutes les conséquences en changeant profondément de méthode et de politique ».

Prudent, le maire de Cergy évoque un préalable à la reconquête : « il faut reconstruire un lien de confiance avec les Françaises et les Français ».

« Le haut niveau de l’abstention, même s’il est en baisse par rapport au premier tour, interdit tout triomphalisme. S’ils ont voulu sanctionner la droite, les électeurs n’ont pas pour autant signé un blanc-seing à la gauche. Nous avons encore à les convaincre de notre capacité collective à transformer concrètement les choses et redresser le pays », poursuit Dominique Lefebvre.

« C’est pourquoi, face à la crise de confiance envers la politique, que la présidence de Nicolas Sarkoy a spectaculairement aggravée, le Parti socialiste entend, avec ses partenaires de la gauche et les écologistes, travailler à construire un projet crédible, qui permette aux Françaises et aux Français de renouer avec l’espoir », conclut le patron du PS dans le Val-d’Oise.