Surprise de ce deuxième tour : la tête de liste PS en Val-d’Oise arrive en tête même dans des villes détenues par la droite : de Pontoise (57%) à Ermont (58,87%) en passant par Arnouville-lès-Gonesse (52,4%) Franconville (55,19%) ou Deuil-la-Barre (54,24%). Dans sa commune de Villiers-le-Bel, il totalise 71,8% des suffrages. « Ce soir je suis heureux. C’est une victoire que je dédie à tout Villiers-le-Bel, à tous les militants qui luttent…ça y est je fais partie des élus », a déclaré Ali Soumaré.
Axel Poniatowski, tête de liste UMP Val-d’Oise, reconnaît aujourd’hui que le combat était difficile. « Notre région étant à gauche depuis douze ans, le combat s’annonçait dès lors difficile », a réagit la tête de liste UMP en Val-d’Oise. En Ile-de-France, le socialiste Jean-Paul Huchon l’a emporté avec 56,69% des suffrages. « On peut dire que c’est vraiment une défaite, on a vraiment essayé de mobiliser, déclare Stéphanie Von Euw, numéro 2 de la liste UMP. On a sillonnés tout le Val-d’Oise, il n’y a pas un kilomètre carré où l’on n’est pas allés ». L’abstention reste plus forte (55,52%) que la moyenne nationale (48,81%) et régionale (52,86%).

 Abattement dimanche à 20 h au QG de Valérie Pécresse d’abord à l’annonce des estimations nationales puis après celles sur la région Ile de France. Seul le résultat de l’Alsace favorable à l’UMP vient provoquer des applaudissements et des cris de joie. "Nous avons défendu des idées neuves, a déclaré Valérie Pécresse devant ses troupes. Demain, à la tête de l’opposition régionale, je continuerai à les défendre »

Axel Poniatowski tête de liste UMP Val-d’Oise promet que les conseillers régionaux UMP

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

seront « vigilants sur les projets que compte mener la gauche, car nous avons nous aussi des combats à poursuivre ».

Sixième sur la liste, l’ex socialiste Linda Uzan a dénoncé « une campagne de dénigrement délétère extrêmement grave dans le Val-d’Oise ». La nouvelle conseillère régionale ne parle pas d’Ali Soumaré mais d’attaques qu’elle aurait subies « à Sarcelles » . Concernant la tête de liste PS, elle a  trouvé que « la campagne était déséquilibré (…) On a trop donné la parole au camp d’en face ».

 

Le socialiste Ali Soumaré savourait, lui, la victoire. A 29 ans, il devient conseiller régional. « Ce soir je suis heureux. C’est une victoire que je dédie à tout Villiers-le-Bel, à tous les militants qui luttent..ça y est je fais partie des élus », a-t-il déclaré à l’annonce des résultats qui le plaçaient largement en tête sur sa ville avec 71,80 % des suffrages (avec une participation de 35,67 %).

Le nouvel élu voit dans le vote de dimanche «  une sanction de la politique du gouvernement mais aussi la volonté de continuer les réformes des gouvernement régionaux à gauche ».

Le patron du PS Val-d’Oise voit dans ce résultat la confirmation de « l’ancrage à gauche du Val d’Oise tout comme le rejet par nos concitoyens des méthodes honteuses de l’UMP durant cette campagne où la droite départementale s’est déconsidérée ».

 Le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste, qui a accueilli à la fédération à Cergy les nouveaux élus régionaux (photo), montre du doigt une droite locale « largement minoritaire, discréditée et divisée ». Et Dominique Lefebvre de se projeter dans les prochaines batailles électorales : « Je ne doute pas que les élections cantonales de mars 2011 le confirmeront et le Parti socialiste se prépare déjà à cette échéance ».

Un vœu partagé par le président PS du Conseil général Didier Arnal : « Les prochaines cantonales seront l’occasion de présenter un nouveau projet de progrès et de résistance contre la casse du pacte républicain menée par Nicolas Sarkozy et relayée par les barons en fin de course de la droite valdoisienne. »

Franconville, Sannois, Pontoise… les villes de droite votent pour Ali Soumaré

Pour réunir 57,48% des voix valdoisiennes, Jean-Paul Huchon a dû s’imposer dans de nombreuses communes du département, dirigées par des maires de droite. C’est le cas notamment à Pontoise, où Jean-Paul Huchon recueille 57% des suffrages, mais aussi à Franconville (55,19%) et Saint-Leu-la-Forêt (55,04%), dont les maires UMP avaient attaqué durant la campagne la tête de liste socialiste. A Domont, fief du patron de l’UMP 95, Jérôme Chartier, la gauche passe tout juste en tête avec 51,55%.

La droite reste quand-même maître dans ses bastions comme Enghien-les-Bains (61,9%), L’Isle-Adam (62,2%), …. et l’ancien fief de Montmorency (54,23%).

Les villes de gauche répondent présentes

Les trois grandes villes de gauche du département placent également le candidat socialiste largement devant. A Argenteuil, la liste de Jean-Paul Huchon totalise 61,97% des voix, comme à Sarcelles (68,05%) et Cergy (68,41%). Les scores dépassent même les 70% à Bezons (70,9%) et Villiers-le-Bel (71,8%).

Des villages partagés

La majorité des villages du Val d’Oise ont voté à droite et même parfois très largement comme au Plessis-Gassot où Valérie Pécresse a obtenu 91,67% des voix (22 contre 2 pour Huchon). Deux communes n’ont pas su se décider entre droite et gauche. Ainsi Neuilly-en-Vexin, avec 42 suffrages pour chaque candidat, et Ambleville, 72 voix chacun, ont placé Valérie Pécresse et Jean-Paul Huchon à égalité.