Les accusations concernant le passé judiciaire du conseiller régional socialiste, Ali Soumaré, portées par les maires de Franconville et Saint-Leu-la-Forêt pendant la campagne des régionales, ne seraient pas tirées du fichier de police STIC (système de traitement des infractions constatées), révèle Le Monde. Selon le quotidien, les informations auraient donc été obtenues auprès du tribunal de Pontoise « par des moyens qui restent à ce jour inconnus ».