L’ordre national des médecins vient de publier des atlas régionaux de la démographie médicale. Ce rapport met en évidence les grandes disparités selon les régions. L’Ile-de-France, deuxième région avec 373 médecins pour 100 000 habitants (la moyenne nationale est de 290,3), se révèle être celle où les « inégalités sont les plus criantes ». Dans le Val d’Oise les effectifs des médecins inscrits au Tableau de l’Ordre ont diminué de 5,1%, la plus forte chute de la région.

 742 médecins pour 100 000 habitants à Paris contre 252 dans le Val d’Oise ou encore 223 en Seine-et-Marne, la densité des praticiens en Ile-de-France présente de fortes disparités entre les départements. Si l’Ile-de-France concentre à elle seule 22,4% des médecins de l’ensemble de la métropole, c’est dans cette région que les inégalités sont les plus criantes.

Toujours selon cette étude, la baisse des effectifs franciliens est générale sauf à Paris et dans le Val-de-Marne. La plus importante concerne le Val d’Oise, -5,1%.

Autre source d’inquiétude : la médecine libérale est vraiment désertée au profit du salariat. Ainsi, seuls 10% des nouveaux médecins choisissent d’exercer en libéral.