Limitée par les conditions météorologiques actuelles, la baisse du niveau de pollution de l’air liée à l’absence d’avion au départ ou l’arrivée de l’aéroport de Roissy correspond à la fermeture du boulevard périphérique, en ce qui concerne l’oxyde d’azote. Malgré tout, la qualité de l’air relevée par Airparif est qualifiée de « médiocre » pour ce lundi au soleil… La faute aux particules fines.

 Si la fermeture de l’aéroport de Roissy a du bon pour les oreilles des Valdoisiens, ses conséquences sur la qualité de l’air sont limitées à cause des conditions climatiques. Avec un vent faible, Airparif note même un pic de pollution aux particules fines sur l’Ile-de-France. « Cela peut sembler paradoxal mais avec la situation météorologique stable d’aujourd’hui, nous avons des niveaux de pollution élevés », nous explique Arthur de Pas, ingénieur à Airparif.

Sans mouvements d’avion sur la région, la pollution est tout de même moindre. « En terme de rejet d’oxyde d’azote, cela représente le boulevard périphérique », ajoute-t-il.