Alors que de nombreux élus de l’est du Val d’Oise se sont prononcés contre la réalisation d’une liaison ferroviaire entre Creil (Oise) et l’aéroport de Roissy craignant qu’elle perturbe la construction du barreau de Gonesse entre les lignes B et D du RER, le Parti Radical de Gauche rejoint la position des Verts sur ce dossier. « Les problèmes d’accès au pôle d’emploi de Roissy pour les habitants de Picardie comme pour les habitants du Val d’Oise exigent que soient réalisés conjointement le barreau de Gonesse et la liaison Roissy-Picardie » indique la présidente de la fédération PRG 95, Elisabeth Boyer.

 En plein débat public sur le projet de liaison ferroviaire entre la Picardie et Roissy, qui doit se tenir jusqu’à la fin du mois de juillet, le Parti Radical de Gauche valdoisien se prononce favorablement à cette création. Critiquant la conception de départ de la plateforme aéroportuaire « qui a privilégié les liaisons vers Paris », Elisabeth Boyer, présidente du PRG 95, note que cette zone d’intérêt national « se développe naturellement en bassin d’activités et d’emplois orientés vers le Nord du bassin parisien, ainsi qu’à l’ouest et à l’est. » « Les deux projets du barreau de Gonesse comme celui de la liaison ferroviaire Roissy-Picardie correspondent à cette réalité que le SDRIF a pris en compte dans son schéma de développement et qui a été validé par la majorité de gauche du Conseil régional d’Ile-de-France » ajoute l’ancienne conseillère régionale.

Pourtant le projet de liaison ferroviaire entre Creil et Roissy rencontre bon nombre d’adversaires, « en majorité UMP » remarque Elisabeth Boyer, parmi les élus de l’est du département. Ces derniers « mettent en avant la concurrence des projets avec le Val d’Oise, un objectif de rationalisation des coûts et ils proposent aux Picards s’emprunter le barreau de Gonesse pour rejoindre Roissy-CDG » poursuit l’élue.

Une « manipulation » des élus de l’est du Val d’Oise ?

Selon elle, les élus opposés à ce projet en défendent en réalité un autre : celui du métro automatique du Grand Paris. « Dans cette affaire, c’est le Grand Paris de Christian Blanc que les élus UMP du Val d’Oise veulent "vendre" aux Picards. Et pour financer ce projet pharaonique, il faut grignoter sur les projets locaux, plus modestes, mais tellement plus utiles aux habitants des départements concernés » écrit-elle. Et pour parvenir à l’aboutissement des deux projets de liaison ferroviaire, les élus PRG du Val d’Oise en appellent aux Picards « pour qu’ils se montrent responsables quant au développement aéroportuaire du grand Bassin parisien et solidaires avec les Valdoisiens contre les nuisances aériennes. »