Un nouveau dispositif de vidéo surveillance voit le jour dans le Val-d’Oise. A Cergy, les élus l’ont baptisé "vidéo tranquillité". En cours d’installation, les 45 caméras prévues sur le domaine public, seront actives autour des 3 gares, lieux de très grand passage. Les travaux ont déjà commencé et le dispositif, opérationnel en mai, sera pleinement effectif en septembre. Pour accompagner ce dispositif, la ville a mis en place une Commission d’éthique.

Composée de 17 membres, cinq élus (majorité plus opposition), six personnalités qualifiées (dont le bâtonnier de l’ordre des avocats du Val-d’Oise et le correspondant de la Halde, Haute autorité de lutte contre les discriminations), cinq membres d’associations, la commission d’éthique de la vidéotranquillité présidée par le maire, Dominique Lefebvre, a pour rôle de "veiller à ce que le système ne porte pas atteinte aux libertés fondamentales".

A cet effet, la commission va élaborer une charte d’éthique et veiller à son application. "Elle informera les citoyens qui en exprimeront le souhait sur les conditions de fonctionnement du dispositif et formulera à l’intention du maire toute recommandation utile sur les conditions de fonctionnement et l’impact du système", explique la mairie de Cergy.