Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4


/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Il n’aura pas fallu longtemps à Féfé pour réchauffer les quelques 350 spectateurs qui avaient eu le courage de braver le froid sous le grand chapiteau du festival Permis de construire. L’ancien du Saïan Supa Crew a distillé les pépites de son premier album « Jeune à la retraite » durant plus d’1h15 de concert.

 

 Les joyeux lurons du Smecta Tourista avaient préparé le terrain à Féfé grâce à leurs reprises festives de grands classiques, du générique de Tetris au célèbre Feeling Good. Mais la force de Féfé, de son vrai nom Samuel Adebiyi, c’est de se mettre le public dans la poche en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Arrivé bien couvert sur scène à cause de la fraicheur climatique, l’ancien membre du Saïan Supa Crew a tout de suite annoncé la couleur en balançant ses titres phares « Dans ma rue » et « C’est comme ça » (Féfé s’est même permis une longue excursion dans le public, particulièrement appréciée, lors de cette dernière chanson). Entouré de musiciens talentueux, à qui il n’a pas manqué de rendre hommage, Féfé n’a pas baissé le rythme pendant plus d’une heure de concert pour le plus grand plaisir d’un public tout sourire. Pour preuve de la chaude ambiance qu’il a su installer, le natif de Noisy-le-Sec a fini son concert en t-shirt. L’ex du Saïan ne s’est ensuite pas fait prier bien longtemps pour revenir sur scène et distiller « Miss wesh wesh yo », « Jeune à la retraite » et une reprise bien pensée de Ray Charles « I’ve got a woman » pour clôturer sa performance scénique. Pas de doute, c’est bien sur scène que Féfé prend sa totale dimension.

Samedi, la musique restera festive avec les Blérots de Ravel dès 20h45, suivi des Valdoisiens de Bukowski avant de revenir à de la chanson française bien huilée avec les Debout sur le Zinc.