Son nom est associé à une loi qui fait les beaux jours du secteur immobilier pourtant en crise. Ce dispositif d’aide à l’investissement locatif avait pour objectif affiché de remplacer à terme les lois Robien et loi Borloo et de soutenir l’investissement locatif privé, en crise depuis septembre 2008 et le début de la crise financière.


 Dans un entretien au site "defiscalisationderobien.com", le député UMP du Val-d’Oise dresse le bilan de son amendement qui  permet une réduction d’impôt équivalente à 25% du montant du prix du bien immobilier, dans la limite de 300 000 € et d’un engagement de location de 9 ans.

 

"Il me semble que le dispositif devrait être pérennisé au-delà du 31 décembre 2012 (limite de son existence aujourd’hui) mais peut-être en le rendant territorialement plus flexible pour construire là où on doit et pas ailleurs", déclare notamment François Scellier.

Et l’élu du Val-d’Oise de développer sur le dispositif de défiscalisation immobilière de demain : "On peut aussi concevoir que l’avantage fiscal important consenti à l’investisseur soit gagé par une contrainte plus forte au niveau du loyer de sortie pour diversifier davantage les produits offerts aux locataires, en permettant au plus grand nombre de se loger en-dehors d’un logement qualifié de « logement social »".

Interview à lire dans son intégralité sur

defiscalisationderobien.com