Hier lors du comité central extraordinaire, la direction a donné le ton. Alors que cette réunion devait aborder la situation économique du secteur de la robotique, spécialité du site de Saint-Ouen-l’Aumône, les dirigeants ont d’emblée proposer une prime de départ de 36 500 euros nets, soit la même somme versée aux 277 salariés licenciés l’année dernière, 40 000€ bruts. Une proposition qui ne laisse plus de place au doute quant à la suppression de 156 nouveaux postes dans le Val d’Oise. Un nouveau comité central extraordinaire s’est tenu aujourd’hui. Sans doute surpris par l’annonce de la direction, les syndicats ont demandé une suspension des négociations jusqu’à la semaine prochaine.