Mardi soir, une quarantaine de personnes, élus et associations, ont répondu à l’appel de la conseillère régionale UMP Stéphanie Von Euw. Cette réunion devait permettre de lancer les pistes sur l’avenir du site après l’annulation du remblaiement par le tribunal administratif de Cergy. Seule alternative possible : le classement du lac en Réserve Naturelle Régionale. Tous les acteurs de ce dossier sensible se sont mis d’accord pour le demander à la région. « La première étape d’une nouvelle dynamique » commente Stéphanie Von Euw.

 La réunion a duré trois heures. Trois heures pour répondre à la question : quel avenir pour le lac des Ciments après l’annulation du remblaiement par le tribunal ? Partant du constat que « la situation actuelle n’était plus possible », Stéphanie Von Euw a décidé de réunir tous les acteurs du dossier. Certains élus locaux comme les maires de Beaumont, Mours et Nointel ont préféré décliner l’invitation pour éviter de cristalliser les rancoeurs d’un dossier vieux de 40 ans. Le propriétaire du site, Calcia, a adopté la même stratégie mais a fait parvenir un message par courrier pour assurer que la société était disposée à travailler pour trouver une alternative au remblaiement.

L’assemblée d’une quarantaine de personnes est parvenue à trouver un accord sur les différentes étapes à suivre. « Pourtant ce n’était pas gagné d’avance » tient à préciser la conseillère régionale, qui avait fait de ce dossier un argument lors de la campagne électorale du début d’année. La première étape consistait donc à se  mettre d’accord sur la position a adopté. C’est dormais chose faite avec cette demande de classement auprès de la région. « Un processus qui donne droit à de nombreuses aides pour permettre l’ouverture du site dans les règles de sécurité et tout en respectant la tranquillité des riverains » note l’élue.

Ensuite, Stéphanie Von Euw et le conseiller général, Arnaud Bazin, iront à la rencontre des maires de Beaumont-sur-Oise, Nointel et Mours, favorables à l’origine au remblaiement, car il est « essentiel de travailler tous ensemble » appuie la conseillère régionale. « Après on ira tous à la région pour concrétiser ces avancées » lâche-t-elle.