Normal.dotm
0
0
1
185
1059
demo
8
2
1300
12.0

0
false

18 pt
18 pt
0
0

false
false
false

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Table Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Eugène Rwamucyo  est visé par une information judiciaire à Paris et un avis de recherche d’Interpol pour son implication présumée dans le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994. Le médecin rwandais a été interpellé mercredi après-midi dans le cimetière de Sannois (voir vidéo) alors qu’il assistait aux obsèques de Jean-Bosco Barayagwiza condamné à 35 ans de prison pour génocide et crimes contre l’humanité.

 La scène s’est déroulée ce mercredi au cimetière de Sannois où deux agents de la police nationale assistés de plusieurs policiers municipaux ont interpellé dans le calme Eugène Rwamucyo.  Le médecin de Maubeuge a juste eu le temps de glisser le nom de son avocat à ses proches avant d’être amené au commissariat.

Eugène Rwamucyo est mis en cause par des familles de victimes du génocide rwandais qui a fait plus de 800 000 victimes au Rwanda en 1994. Ses accusateurs dénoncent ses relations avec des personnes impliquées dans l’organisation du génocide et sa participation à des réunions qui, selon eux, aurait servi à organiser des massacres de Tutsis.

Le médecin rwandais s’était vu refuser par la France le statut de réfugié politique. Eugène Rwamucyo a toujours nié sa participation au génocide et accuse l’actuel régime de Kigali de machination.

http://www.dailymotion.com/embed/video/xdg52j