Des policiers de la brigade financière mènent actuellement des investigations sur des soupçons de corruption concernant des attributions de logements sociaux à Sarcelles. Le parquet de Pontoise a ouvert une enquête préliminaire et la responsable du service logement de la ville a été placée, lundi, en garde à vue et depuis remise en liberté, révèle le Parisien dans son édition du jour. Elle nie catégoriquement. Dans cette ville de 60000 habitants, 5000 demandes de logements en HLM sont en attente.


La responsable du service logement en mairie de Sarcelles est soupçonnée, révèle le Parisien, de s’être fait remettre des sommes d’argent en échange de l’attribution de logements sociaux. La fonctionnaire nie catégoriquement.
Les enquêteurs ont entrepris d’éplucher les comptes bancaires et les relevés téléphoniques de la fonctionnaire municipale.


Dans l’attente des résultats d’une enquête interne lancée en mairie, la responsable du service logement a été suspendue de ses fonctions « à titre conservatoire », a indiqué le maire (PS) François Pupponi. La municipalité pourrait se constituer partie civile si une mise en examen était prononcée.


Interviewé par le Parisien, le responsable départemental de l’association de lutte contre la corruption ANTICOR, par ailleurs conseiller municipal (MRC) d’opposition à Sarcelles, demande au maire et au préfet « la réalisation urgente d’un audit interne pour établir comment de tels agissements ont pu prendre place à l’insu des responsables hiérarchiques et des élus, pourtant impliqués dans l’attribution des logement sociaux ». Et Rachid Adda de qualifier l’affaire de « grave, si elle est avérée ».