Dans un courrier adressé aux neuf députés du département, le chef de file du PCF 95, Jean-Michel Ruiz attire l’attention sur l’importance de leur positionnement sur le projet gouvernemental sur les retraites. Présent lors des manifestations de mardi, il s’oppose à ce projet « profondément injuste ». « De très nombreux Valdoisiens attendent donc de vous que vous défendiez le maintien de l’âge légal à 60 ans, que vous vous engagiez pour un retour aux 37.5 annuités tant dans le public que dans le privé, et que vous abordiez lors du débat parlementaire la question d’un financement juste socialement » explique-t-il aux élus.

A l’instar des députés communistes et du Parti de Gauche, qui ont remis lors de la séance parlementaire de mardi plus de 100 000 signatures d’une pétition contre le projet de réforme des retraites, Jean-Michel Ruiz dénonce la politique gouvernementale. « Il s’agit d’un véritable recul de civilisation qu’une grande majorité de Français, donc de Valdoisiens, rejette et juge inefficace, écrit-il dans ce courrier adressé aux députés du Val d’Oise. Si une réforme semble nécessaire, elle ne peut une nouvelle fois se faire au détriment des salariés qui seraient frappés 4 fois plus que le capital par les mesures proposées. »

La proposition du PCF s’appuie en particulier sur la contribution des revenus financiers des entreprises au même taux que les salariés avec en parallèle une pénalisation des entreprises qui favorisent la financiarisation au détriment de l’investissement.  « Ce qui permettrait d’engranger 30 milliards de recettes supplémentaires » précise le chef de file départemental qui réclame toujours la suppression du bouclier fiscal. Mais cette entreprise de Jean-Michel Ruiz semble vaine d’avance. Sur les neuf députés que compte le Val d’Oise, huit sont UMP…