Après la pluie, le beau temps. Les résultats du second trimestre 2010, présentés ce mercredi par la Chambre des notaires de Paris, confirment la reprise amorcée à l’automne 2009. Une demande d’achat stimulée par de nouvelles baisses des taux d’intérêt, une pénurie, structurelle en Ile-de-France, renforcée, tous les ingrédients pour une augmentation des prix étaient présents sur cette période. Résultats sur un an : les prix des appartements a grimpé de 7,3% ceux des maisons + 7,2%.

 L’embellie des marchés immobiliers franciliens se poursuit. Le nombre de ventes a progressé de 38 % par rapport au 2e trimestre 2009 (soit 45 000 logements de plus) dans la région parisienne. Avec des prix de l’immobilier qui ont baissé de 10 % en moyenne depuis deux ans et des taux d’emprunts très bas, les acheteurs reviennent peu à peu. Cependant l’offre s’est littéralement essoufflée, le nombre de logements neufs à vendre est en valeur absolue très faible, attisant la hausse des prix. Pour dénicher la perle rare, il va falloir mettre la main au portefeuille. Fin juin, la variation annuelle des prix tous logements confondus est en hausse de +7,8%, et sur 3 mois de +2,5%. Cette bonne tenue globale de l’activité n’empêche pas quelques disparités selon les secteurs.

La croissance des ventes pour les maisons et appartements anciens a été plus soutenue dans le Val d’Oise avec une hausse respective de 45% et de 50%  sur un an. Mais la construction des logements neufs reste en panne. Dans ce secteur, le volume de vente a baissé de 29% sur la même période, soit la plus forte chute de la région. Pour les appartements, la hausse des prix reste plus modérée en Grande Couronne, et donc dans le Val d’Oise : +1,5% par rapport au premier trimestre 2010 et +7.3% par rapport au 2ème trimestre 2009. C’est la ville d’Argenteuil qui connait la plus grande flambée avec +10.3% sur un an alors qu’à Franconville, la baisse n’est pas stoppée : – 5,5%.

Les prix des maisons connaissent à peu près la même évolution dans le département: +7,2% sur un an. Il s’agit de la meilleure progression en Grande Couronne. Cette tendance à la hausse générale devrait se confirmer sur les six derniers mois de l’année 2010 selon les notaires de Paris. Des prévisions qui restent suspendues, bien sûr, à la situation économique du pays.