C’est un procès douloureux qui s’est ouvert lundi devant la cour d’Assises du Val d’Oise.  Daphiu, un jeune homme de 21 ans sera confronté à celui qui a tenté de le tuer, Mohamed, il y a de cela deux ans, pour une simple affaire… de regard.

Nous sommes en novembre 2008, au lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles. Daphiu rencontre son agresseur pour la première fois à la cantine. A la suite d’un regard trop insistant, le ton monte et les coups pleuvent. Mohamed, excédé, promet une prochaine rencontre mais celle-ci moins clémente. A la sortie du lycée, il sort un révolver de calibre 22 et blesse légèrement son adversaire du jour.

Diaphiu l’a échappée belle pour cette fois… Face à cet avertissement, il organise sa riposte, il prévient ses amis et emmène une bombe lacrymogène en guise de défense. Le vendredi vers 15h30, Mohamed lui loge une balle dans le crâne. Transporté d’urgence à l’hôpital Beaujon à Clichy dans un état critique, Daphiu survit. Il a gardé de lourdes séquelles. Il souffre de fortes migraines et de crise d’épilepsie. Il a toujours la balle dans la tête.

Son agresseur s’est quant à lui rendu à la police le lendemain des faits et risque la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu ce jeudi.