Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Didier Arnal, Président du Conseil général du Val d’Oise, a pris connaissance de la démarche d’un syndicat de policiers du Val d’Oise qui décerne les "17 d’or" aux commissariats de police qu’ils estiment les plus dégradés du département afin de dénoncer des "dysfonctionnements et réclamer des travaux". Parmi les "lauréats", figurent notamment les commissariats de Deuil-la-Barre, Sarcelles et Villiers-le-Bel.

Pour le Président du Conseil général, "les services de l’État en matière de sécurité et de justice dans le Val d’Oise sont manifestement en état d’indigence aggravée. Que ne nous dirait-on pas si nous traitions nos collèges ou nos casernes de pompiers de la même manière que l’État ses commissariats ?"

Le président du Conseil général entend agir avec détermination contre ce phénomène :

– sur son propre champ de compétences, en finançant le Service Départemental d’Incendie et de Secours à hauteur de 70 millions d’euros par an ou en développant les actions de prévention ;

– au-delà de ses compétences comme ce fut le cas pour la construction du nouveau commissariat d’Ermont financé à seulement 20% par le gouvernement, le reste étant à la charge des collectivités locales.

"J’appelle donc le Premier ministre, comme tous les membres de son gouvernement, à limiter les effets d’annonce démagogiques en direction de nos concitoyens sur le sujet et à se concentrer sur les actions concrètes. Les Valdoisiens se contenteraient tout à fait de l’application pure et simple du pacte républicain par lequel l’État s’engage à garantir la sécurité publique aux citoyens."

Le Président du Conseil général demande qu’il lui soit communiqué un état détaillé de la situation matérielle et fonctionnelle des commissariats valdoisiens ainsi que des effectifs de la Police nationale et de leur répartition sur le territoire. "Les Valdoisiens ont le droit de savoir dans quel état se trouvent leurs services publics", conclut Didier Arnal.