Installé au début du mois d’août, le Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraude (CODAF), issu de la fusion entre le comité de lutte unique (CLU) et du Comité Opérationnel de Lutte contre le Travail Illégal (COLTI), vient de se réunir pour la première fois ce mardi. Coprésidée par le préfet du Val d’Oise et de la procureure de Pontoise, cette instance, qui regroupe tous les acteurs de la lutte contre les fraudes aux finances publiques pour une meilleure coordination, a fait du travail illégal sa priorité.
 
Employeurs peu scrupuleux, attention ! Le CODAF a décidé d’amplifier ses contrôles sur le travail illégal. Si sur l’ensemble de l’année 2009, 55 opérations de lutte contre le travail dissimulé ont été réalisées, sur les 8 premiers mois de 2010, 45 ont déjà été effectuées. En tout 191 entreprises ont été contrôlées. Sur 609 salariés, 139 étaient en situation de travail dissimulé soit près de 23%. Ce qui représente une augmentation de 5% par rapport à 2009.

Le BTP et l’hôtellerie restauration en ligne de mire

« Le travail dissimulé s’accompagne généralement d’autres fraudes qu’elles soient fiscales, administratives, ou autres. Nous allons donc accroître notre pression dans ce domaine », explique Pierre-Henry Maccioni, préfet du Val d’Oise. Deux secteurs sont particulièrement visés : le bâtiment et la restauration. A eux deux réunis, il représente 14% des salariés en Val d’Oise.