De retour de vacances, les Valdoisiens redécouvrent le bruit généré par les avions de l’aéroport de Roissy. Des réacteurs intrusifs. Le bruit s’insinue jusque dans les logements et même lorsque l’on habite loin des pistes comme en Vallée de Montmorency. La solution : l’insonorisation. Des aides existent, elles peuvent  atteindre jusqu’à 80% du coût des travaux. Mais ce n’est pas si simple. Une habitante d’Enghien en a fait l’amère expérience. A 20 mètres près, cette riveraine n’est pas dans le Plan de Gêne Sonore (PGS), qui ouvre les droits à indemnisation. Un PGS qui date de 2004 alors qu’en six ans le trafic aérien n’a cessé de progresser.

Depuis le 1er janvier 2004, c’est Aéroports de Paris qui gère le dispositif d’aide à l’insonorisation des logements situés dans le PGS (Plan de Gêne Sonore), conformément aux dispositions de la Loi de finances rectificative 2003.

Un programme d’isolation phonique est proposé prenant en charge de 80 à 100 % les frais d’insonorisation des logements en fonction du revenu des occupants et de la zone de bruit concernée déterminée par le plan de gêne sonore. 

http://www.dailymotion.com/embed/video/xewi0b