Les maires d’Argenteuil et Bezons, accompagnés d’élus et d’associations du département, organisent un « rallye pour la solidarité urbaine » le 9 octobre prochain. Objectif : dénoncer « l’hypocrisie » de l’Etat sur la question du logement et l’attitude de la préfecture du Val d’Oise.

 S’il y a deux ans, Nicolas Sarkozy faisait du logement une de ses priorités, pour Philippe Doucet (PS) et Dominique Lesparre (PCF), la loi Boutin votée en octobre 2009 a « entériné la vraie volonté du gouvernement : casser l’offre de logement social, privatiser le parc locatif et précariser davantage les foyers aux revenus modestes. » Une loi condamnée par ces deux élus de gauche qui fustige aussi l’attitude de la préfecture du Val d’Oise, qui « ignore sciemment les 25 communes de plus 1 500 habitants du département (sur 62) qui ne respectent pas la loi SRU. »

« Il manque pourtant aujourd’hui plus de 6 000 logements dans le département » ajoutent les deux élus, qui évoquent un « accès de cynisme » lorsque la préfecture « exerce à travers l’application de la loi DALO une pression grandissante sur des communes comme Bezons ou Argenteuil – qui elles respectent la loi SRU – afin qu’elles accueillent des familles qui n’ont pas trouvé de logement ailleurs. »

Afin de dénoncer cette « hypocrisie » et exiger la construction de logements « pour tous et partout », les maires d’Argenteuil et de Bezons accompagnés d’élus et d’associations du département, organisent donc un rallye pour la solidarité urbaine le 9 octobre au départ de la mairie de Bezons.