La mobilisation des lycéens valdoisiens a pris tout le monde de court. 500 élèves des établissements de l’agglomération de Cergy-Pontoise ont manifesté ce midi sous les fenêtres de la préfecture. Un mouvement sans mot d’ordre national, relayé principalement par les réseaux sociaux. Les syndicats de lycéens promettent par ailleurs de retourner dans la rue lors de la prochaine journée d’action, le 16 octobre.

 Sous bonne escorte policière, environ 500 lycéens se sont donnés rendez-vous ce midi sur le parvis de la préfecture du Val-d’Oise, avant de rejoindre le cortège de la grande manifestation parisienne. Le mouvement s’est déroulé avec des banderoles et des slogans. La revendication principale est la suivante : non au recul de l’âge de la retraite. "On n’a pas envie de travailler jusqu’à je sais pas quel âge et de se tuer au travail" affirme ainsi Benjamin, un élève en classe de seconde du lycée Camille Pissaro de Pontoise.

Au total, une quinzaine d’établissements du Val d’Oise ont été bloqués ce matin, annonce l’Inspection académique. Selon le syndicat SNES 95, « entre 20 et 25 lycées », soit la moitié des établissements, ont été touchés par « des actions de blocage » avec des points chauds comme aux lycées Rostand de Saint-Ouen-l’Aumône ou Katsler à Cergy. Autant de signes d’une mobilisation accrue de la jeunesse.

Au niveau des enseignants, le syndicat indique des mobilisations très inégales selon les établissements, « entre 40 et 65% dans le second degré ». L’inspection académique, elle, annonce 23% de grévistes dans le premier degré et 27% dans le second.

Les chiffres avancés par le syndicat expliquent le nombre plus important de manifestants dans le cortège de la FSU, qui regroupe les enseignants. « Nous sommes 35 à 40 000 aujourd’hui contre 25 000 la dernière fois » précise David Rafroidi, secrétaire départemental du SNES.
 

 

 

 

http://www.dailymotion.com/embed/video/xf67k0