"La jeunesse exprime aujourd’hui son angoisse face au chômage, à la précarité  et à la discrimination. Face à cela, le gouvernement oppose le mépris et tente d’instrumentaliser  les violences inacceptables qui interviennent en marge de ces manifestations pour discréditer le mouvement d’opposition à la réforme des retraites", déclare le PS 95 qui appelle "à ne pas céder à ces provocations" et propose aux syndicats d’encadrer les futurs manifestations.

Le PS-95 demande que, "pour protéger la jeunesse lors des manifestations des 16 et 19 octobre où elle doit pouvoir s’exprimer de façon pacifique et dans le calme, les syndicats ouvriers, les syndicats lycéens et les fédérations de parents d’élèves prennent toutes les dispositions pour encadrer les manifestations des jeunes et à ne pas céder aux provocations d’où qu’elles viennent".

"Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans la situation de blocage et de tensions qui est aujourd’hui celle du pays, estime la fédération PS du Val-d’Oise. En fermant la porte à toute négociation et en ignorant la mobilisation syndicale et l’opinion qui, jour après jour, expriment leur rejet de l’actuel projet de réforme des retraites, il alimente les tensions, voire les recherche, comme le montre son attitude et celle des forces de l’ordre devant les manifestations lycéennes."