Dans le cadre du débat public sur le Grand Paris qui a débuté le 30 septembre, la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise affirme que les nombreux projets prévus par l’Etat et la Région (Arc Express, Grand huit, Éole, Ligne Paris Normandie) « ne doivent en aucun cas se faire au détriment de l’amélioration et de la modernisation des infrastructures et réseaux existants ». 

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Face aux moyens financiers importants que devraient mobiliser les projets d’infrastructures nouvelles du Grand Paris pour les transports, l’agglomération craint que ces actions se fassent au détriment d’infrastructures plus anciennes. C’est pourquoi elle apporte son soutien au Plan régional de mobilisation des transports soutenu par le département du Val d’Oise. Par ailleurs, Cergy-Pontoise, en tant que « grand pôle urbain, économique, universitaire et de recherche de l’Ouest francilien », estime que « les projets soumis à la concertation devront impérativement lui permettre de poursuivre son développement au sein du grand bassin parisien ».

Si Cergy-Pontoise milite en faveur d’une amélioration de la qualité de ses infrastructures, elle souhaite aussi une progression de la qualité de service. « Avec 200 000 habitants, 100 000 emplois et 25 000 étudiants, Cergy-Pontoise est un grand pôle de développement francilien qui nécessite une desserte performante pour assurer les liaisons vers Paris et la Banlieue ». Dans cette optique, l’agglomération compte sur le débat public pour mener à une amélioration de la qualité de service des lignes de RER. Elle défend « la nécessité de connecter les actuelles dessertes ferroviaires (RER A, RER C, St-Lazare) aux futurs réseaux de transport ». L’agglomération évoque les difficultés actuelles du RER A, bondé, ou le nombre peu élevé de RER E en heures creuses. Elle estime que la résolution de ces phénomènes pourrait être un bénéfice autant pour les Cergy-Pontains que pour les entreprises du territoire.