Une vitrine des cultures européennes aux portes de Roissy pourrait voir le jour. Les atouts du Triangle de Gonesse semblent avoir convaincu le groupe Auchan de construire un complexe touriste d’« ambition métropolitaine ». La ville et le groupe se sont engagés à examiner les conditions de faisabilité. L’investissement entièrement privé de ce projet de 80 hectares est estimé à environ 2 milliards d’euros.

 Pour l’instant rien n’est fait. Seul un rendez-vous pour la signature d’un protocole entre la ville de Gonesse et le groupe Auchan le 27 novembre prochain est convenu. Quoi qu’il en soit le projet est d’envergure: il s’étendrait sur 80 hectares au sud-est du Triangle de Gonesse, sur les 250 consacrés au développement économique. « Ce n’est pas un centre commercial Auchan, ce n’est pas non plus Eurodisney », précise le maire PS de Gonesse. Auchan table sur un chiffre d’affluence très ambitieux : 30 millions de visites par an, autrement dit plus de 4 fois la fréquentation de la tour Eiffel.

L’originalité  du projet : son concept et son positionnement

Baptisé Europa City, le complexe combinerait dans un même lieu des commerces haut de gamme,  des équipements de loisirs et des activités culturelles. « On pourrait y voir des enseignes représentatives des pays européens comme  Harrods pour l’Angleterre ou les Galeries Lafayette pour la France », imagine déjà Jean-Pierre Blazy. Auchan entend en effet créer une vitrine des cultures européennes s’organisant autour des univers culturels britannique, méditerranéen, nordique, slave et français. Hôtels, pôle restauration et pôle luxe complèteront l’offre.  Le but pour la mairie et le groupe Auchan: toucher la clientèle touristique nationale ou internationale, proche de l’aéroport. « En créant à deux pas des aéroports des hôtels et des salles de concert, on va retenir la clientèle à proximité de Paris », pronostique l’élu.

Un projet irréalisable sans infrastructures de transports

 Si le maire ne peut que se féliciter de l’intérêt d’Auchan pour le Triangle de Gonesse, il attend maintenant des confirmations des autorités, concernant les deux grands projets de transport de la ville : le barreau de Gonesse attendu depuis 20 ans et le métro automatique. Car, si selon lui le « triangle a acquis une crédibilité », il estime Europa City  « impossible à réaliser » sans les infrastructures nécessaires. Ambition partagée par la mairie et le groupe : avoir une desserte permettant à 50% des visiteurs d’accéder au site en transports en commun.

Europa City et Roland Garros,  deux projets structurants pour un territoire socialement fragilisé

En raison d’infrastructures de transports inadaptées, le territoire se trouve enclavé. Les Gonessiens n’ont par exemple pas accès aux 90 000 emplois de Roissy-CDG. Résultat : le territoire de Gonesse et celui de Val de France (Sarcelles, Garges, Villiers-le-Bel, Arnouville-les-Gonesse) affichent un taux de chômage frôlant les 20%. L’arrivée du métro automatique et du barreau de Gonesse serait alors une révolution, permettant d’accéder à Roissy en 15 minutes. Rolland Garros et Europa City crédibiliseraient alors Gonesse, face aux décideurs dans le débat du Grand Paris. A terme les  élus de Val de France et ceux de Gonesse espèrent créer 40 000 emplois sur le triangle, dont 8 000 grâce à Europa City.